11 mars 2012

Une reconversion 'Éclairée'

L’ÉNERGIE BAT SON PLEIN

À quelques mois de la mise en service de la centrale photovoltaïque de Toul-Rosières, (ex BA 136), un projet dédié aux énergies renouvelables et destiné au public voit le jour.

La centrale affichera dix-huit mètres de diamètre, s’élèvera sur six étages et comportera un belvédère couvert et chauffé. Avec vue panoramique ! Élaborée en bois rouge, nuancée de tons chauds orangés, une géode verra le jour, d’ici quelques mois, sur le site de la centrale photovoltaïque de Toul-Rosières.

Une sphère pourpre qui surplombera les quelque deux millions de panneaux photovoltaïques s’étendant à perte de vue, le long de la départementale longeant l’ex BA 136. « Comme un lever de soleil sur une mer noire bleutée », imagine l’architecte en charge de ce projet qui devrait aboutir au printemps 2013.

D’ici un an, cette fameuse géode accueillera en son sein La Maison de l’Énergie. Un espace pédagogique et ludique dédié à la sensibilisation du public aux énergies renouvelables. Et plus particulièrement à l’énergie solaire. « Une belle vitrine du développement durable », se réjouit Nadine Morano, à l’initiative de ce vaste chantier de centrale solaire dont les derniers panneaux devraient êtres posés d’ici le mois de mars. « La plus grande centrale photovoltaïque d’Europe », se plaît à souligner la candidate aux prochaines élections législatives.

HAUTE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

« Cette Maison de l’énergie représente en effet un des éléments essentiels de la reconversion de cette base militaire », ajoute la ministre chargée de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle, venue assister à la présentation de ce dossier proposée, hier matin, sur le site de la centrale photovoltaïque.

Pour découvrir cette Maison de l’Énergie, la représentante du gouvernement était accompagnée des élus des communes rurales concernées par l’implantation de la centrale, ainsi que par Jean-Marc Dall’Aglio, chargé de mission auprès du PDG Énergies Nouvelles (EDF-EN), le financeur de ce dossier.

Un établissement de haute qualité environnementale qui comprendra salles de conférences, de projections, espace d’exposition… destiné à tous les publics, mais aussi et surtout aux scolaires. « Ainsi qu’aux universités », ajoute Henri Poirson, le maire de Dieulouard, également président de la communauté de communes des Vals de Moselle et de l’Esch, en charge de la gestion et de l’animation de cette nouvelle offre.

Une collectivité qui nourrit aussi le souhait d’attirer visiteurs et touristes. En effet, en parallèle à la construction de cette Maison de l’Énergie, la création d’un conservatoire de la BA 136 verra également le jour.

PROTECTION DE LA FAUNE ET DE LA FLORE

Un musée dédié à cette base construite pour l’OTAN, en 1952, d’abord occupée par l’US Air Force jusqu’en 1967. Un espace qui retracera 60 ans d’histoire aéronautique, doté de trois hangarettes remises en état afin d’accueillir trois avions de chasse : deux appareils français et un américain.

Enfin, et toujours dans un esprit développement durable et protection de l’environnement, des parcelles de terrain seront destinées à l’activité pastorale et apicole. Des mesures qui viennent s’ajouter aux trois nichoirs à chauve-souris déjà en place.

Sans oublier les actions spécifiques, élaborées dans le cadre de la préservation de la faune et de la flore.

Un projet de reconversion salutaire pour une base militaire à l’abandon depuis 2004.

Martine SCHOENSTEIN
Est-Républicain dimanche 12 février 2012

BA136_2


 BA136_3


BA136_1

Posté par 31Concorde à 14:41 - - Permalien [#]
Tags :