11 octobre 2016

Meeting Francazal 2016

Toulouse Francazal 2016

francazal_2016

Photos du Meeting
Cliquer sur le lien ci-dessous 
Francazal 2016


 

Posté par 31Concorde à 20:06 - - Permalien [#]


03 octobre 2014

Meeting de Francazal

 Grand Meeting à FRANCAZAL
le 21 Septembre 2014

francazal_2014

 banniere

parking

Plus de Photos
Voir Album Meeting Francazal

Pour les nostalgiques voici quelques photos de la zone vie
de Ex BASE 101 de Francazal

cour

ciet

sousoff

escale






 

 

 

 

 

Posté par 31Concorde à 20:51 - - Permalien [#]

31 janvier 2014

Francazal et Lavalin

ba101_2

SNC Lavalin vient d’être désigné comme le concessionnaire de la plate-forme aéroportuaire de l’ancienne base militaire de Francazal pour une durée de 45 ans. Le groupe canadien était en concurrence avec Vinci Airport mais la connaissance qu’il a acquise de la structure, son bilan et ses projets s’agissant de la reconversion économique du site dans le secteur de la maintenance aéronautique ou encore les assurances financières qu’il a données, ont d’abord convaincu la commission d’appel d’offres de la direction générale de l’aviation civile (DGAC) en avril 2013, puis le Conseil d’État ces jours derniers.


SNC Lavalin a remporté la concession par bail emphytéotique de 45 ans de la zone aéroportuaire de l’ancienne base militaire de Francazal en constituant un groupement dont il est l’actionnaire majoritaire à 51 %. Pour cette opération, le groupe canadien s’est associé à la société «Aéroport de Toulouse Blagnac» pour 39 % des parts et la Chambre de commerce et d’Industrie de Toulouse pour 10 % des parts.

Lavalin a programmé 10 millions d’euros d’investissements pour la remise à niveau des installations aéronautiques et le doublement de la surface de hangars voués à accueillir de nouvelles entreprises de la sous-traitance aéronautique. Il réaffirme enfin son intention de poursuivre les activités aériennes existantes et d’accueillir les vols de l’aviation d’affaires.

L’occupation des hangars aéronautiques à présent presque totale (6 hangars occupés sur 7), a généré plus de 220 emplois directs liés à l’activité civile, dont 150 dans le secteur industriel. En revanche, le projet d’installation d’une école de pilotage semble avoir été abandonné.

Aucun vol régulier de passagers ni aucun vol charter ne seront programmés sur cet aérodrome.

Source La dépêche du midi 30 janvier 2014

Posté par 31Concorde à 12:50 - - Permalien [#]

14 avril 2012

Francazal continue son cinéma

studio

L'engagement pris ce jeudi matin par le gouvernement en faveur du projet de studios de cinéma à Francazal se traduira, sous quinzaine, par la publication d'un arrêté ministériel. Ce document confirmera les décisions arrêtées à Matignon, s'agissant en particulier de la procédure de mise en vente du foncier de Francazal convoité par Bruno Granja. Le texte officialisera la vocation expressément culturelle d'une zone de 25 hectares située sur l'ancienne base militaire, solution administrative parfaitement légale pour « faire le tri » parmi les candidats potentiels, et donc réserver d'une certaine manière la parcelle à l'acquéreur issu de l'industrie cinématographique.

MAI, JUIN, BRUNO GRANJA SE PORTE ACQUÉREUR

Dans la foulée de la publication de l'arrêté ministériel, la procédure accélérée de vente de ce terrain, propriété de l'État, sera lancée. Hier, Bruno Granja a évidemment confirmé que la société d'exploitation des studios de Francazal dont il est le patron depuis le début de l'année, proposera d'acquérir la parcelle. Elle pourrait être vendue pour environ 1 000 € l'hectare.

LANCEMENT DES TRAVAUX FIN 2012

Sauf incident, les travaux devraient démarrer fin 2012, début 2013. Il s'agirait non seulement de reconvertir les anciens bâtiments domestiques de la base aérienne en locaux professionnels (administrations, production, post-production, etc.), mais également de construire des studios de toutes pièces, sachant que les immenses hangars où étaient stockés les appareils de l'armée de l'air conserveront leur vocation, dans le cadre du second volet de la reconversion de Francazal en plateforme dédiée à l'industrie aéronautique. Les deux filières cohabiteront sur l'immense site de près de 300 hectares. Une zone de tournage en plein air sera également aménagée. A proximité des studios, un espace ouvert au public (bars, hôtels, restaurants, salles de projection…) complétera l'offre commerciale du site.

Extrait de la 'Dépêche du 13/04/2012'

Posté par 31Concorde à 14:59 - - Permalien [#]

10 juin 2011

Francazal fait son cinéma.

Hollywood veut faire de Francazal le plus grand studio d'Europe

 

 cine_francazal

 

 Une major américaine a transmis un dossier au préfet de région et de Haute-Garonne dans lequel elle fait officiellement une offre de reprise de la base militaire de Francazal pour en faire l'un des plus grands studios de cinéma d'Europe.

C'est un coup de théâtre inattendu comme on les aime à Hollywood. Dans un courrier daté du 11 mai dernier, Me Jacques Lavergne, avocat à Toulouse, informe Henri-Michel Comet, préfet de région et de Haute-Garonne, du projet qu'échafaude son client sur la base aérienne de Francazal. Son client ? L'une des plus grosses majors américaines qui, très officiellement, propose au représentant de l'État de reconvertir le site militaire abandonné par l'armée en studios de cinéma.

Familier des productions Disney et Marvel notamment, ce grand nom du cinéma hollywoodien tenu secret par ses représentants en France, propose, ni plus ni moins, d'installer dans l'agglomération de Toulouse l'un des plus grands studios de cinéma d'Europe. « Il s'agit, avertissent Me Jacques Lavergne et Bruno Granja, mandataire de la société américaine en France, d'une affaire très sérieuse ». Ce dernier, 36 ans, architecte à Cugnaux et passionné de cinéma, est à l'origine du projet qui pourrait bouleverser l'avenir de la base militaire, vouée initialement à se transformer en plateforme privée de services aéronautiques. « J'ai toujours été surpris par la ressemblance architecturale de Francazal avec les studios Warner Bros à Los Angeles.

Lorsque j'ai appris que l'armée quittait les lieux, ça a été un déclic ». Bruno Granja a exploité alors ses entrées dans le milieu cinématographique américain, mais c'est surtout grâce à son culot et sa détermination qu'un studio a finalement mordu à l'hameçon. « Les convaincre n'a pas été très difficile », se souvient celui qui est devenu aujourd'hui le mandataire de la major en France. « Des hangars immenses où installer des plateaux, des locaux d'hébergement et de restauration, une piste d'atterrissage où peuvent se poser les stars en toute discrétion et décoller des hélicoptères pour des prises de vue aériennes dans les Pyrénées par exemple… Il suffit de 80 millions d'euros pour remettre les lieux en état, un investissement dérisoire comparé aux dépenses colossales englouties par la construction ex nihilo de studios de cinéma.

Dès le mois de mars, les Américains ont fait des propositions : ils s'engagent à fournir du travail aux studios de Francazal dont la gestion sera confiée à une société d'exploitation française pour laquelle des investisseurs se sont déjà manifestés. Mais le temps presse », avertit Bruno Granja. La major veut tourner ses premiers films à Toulouse début 2013.

La dépêche le 07/06/2011

Posté par 31Concorde à 15:00 - - Permalien [#]


11 avril 2011

Le nouveau Francazal

La BA101 de Francazal est morte, vive le nouveau Francazal

,base_070411

base1_070411

Le 08 avril 2011 La Dépêche

Guérin : "priorité à l'essor économique"

Le site de Francazal est principalement situé sur la commune de Cugnaux. Son maire Philippe Guerin, fervent partisan d'une activité liée à l'aviation civile estime que : « Seul le développement économique est essentiel afin d'avoir une vraie activité aéroportuaire. Dans les prochains mois, deux ou trois entreprises vont s'installer avec la désignation de l'exploitant pérenne fin 2012 et d'autres suivront. Il n'a jamais été question de faire des vols de nuit, du fret, des vols charters et encore moins d'allonger la piste ». Un accroissement de l'activité du nouveau site est attendu dès la fin du mois de mai avec l'amélioration des conditions de ravitaillement en carburant, le balisage lumineux, l'ouverture de l'aérodrome au trafic international et l'aménagement d'un espace affaire.




 

 

Posté par 31Concorde à 13:38 - - Permalien [#]

01 novembre 2010

Francazal : Aéroport mixte

hangars_ba101

L'État garde la main sur Francazal. Confirmation a été faite hier d'une reconversion en aérodrome mixte civil et militaire, couplé à de l'activité industrielle aéronautique. La présence militaire du 1er RTP sera renforcée.

La reconversion de Francazal ne va rien perdre de sa voilure aéronautique. L'ancienne base militaire est appelée à changer d'affectation pour devenir un aérodrome civil d'aviation d'affaires, et militaire à titre secondaire, avec du soutien industriel pour de l'activité aéronautique. Cette orientation avait déjà été annoncée lors du précédent comité de pilotage, le 20 avril dernier. Mais hier le préfet, Dominique Bur, a tenu à peaufiner le travail qui est mené depuis plusieurs mois par l'État et la Direction Générale de l'aviation civile, aux côtés des collectivités territoriales concernées.

À la mi-novembre, suite à un appel d'offres, un opérateur aéroportuaire sera désigné pour assurer une période transitoire d'un an, en 2011, afin de gérer la piste actuelle, les flux aériens et l'activité économique qui prendra place au sud, sur une cinquantaine d'hectares, dans les anciens hangars. Un exploitant pérenne prendra le relais en 2012, suite à un nouvel appel d'offres. Une cellule mixte a été constituée entre la DRIRE et la CCI pour l'accueil des industriels, une quinzaine à ce stade, désireux de développer une activité sur Francazal. Au-delà des procédures en cours pour l'homologation de la piste à usage civil, des questions de fiscalités locales, de financement des travaux pour l'accès aux entreprises, Francazal reste un terrain d'état, avec une présence militaire forte. « Le choix privilégié est de densifier la présence du 1RTP (régiment de train parachutiste) qui occupe 60 hectares tout au nord de Francazal, avec le transfert à terme de l'État-major de Balma » a indiqué le préfet. « Notre intérêt est de voir continuer à vivre cette piste » a ajouté Claude Réglat, général de division. Si l'A 400 y fera ses expérimentations tactiques, « il n'y aura pas de vol, ni de fret, ni d'aéroport commercial » a indiqué Philippe Guérin, le maire de Cugnaux, qui voit dans « Francazal un lieu conforté dans son environnement, avec une activité économique génératrice d'emploi et de richesse pour ce quart sud ouest de l'agglomération ».

Publié le 26/10/2010 par la Dépêche du Midi 

Posté par 31Concorde à 12:44 - - Permalien [#]

10 octobre 2010

Francazal 1925

Un arpète de Concorde (André Suzon) a déniché un programme des "Fêtes Aériennes" de Francazal de 1925.

Cliquez sur les images pour les agrandir

page1

page2

page3

page4

Publicités de l'époque

page5

page6

Programme des Festivités

page7

page8

Et enfin le ... TRUC

page9

Quelqu'un saurait-il de quand date le plan du polygone ci-dessous?

31concorde@free.fr

prix_depeche

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Posté par 31Concorde à 11:50 - - Permalien [#]

04 août 2010

Francazal Champ-d'Envol 31

Une association vient de naitre pour préserver la mémoire de Francazal et soutenir son futur aéronautique. Je vous invite à consulter le site de l'association présidée par Pierre Beder.

http://www.afce31.new.fr

FRANCAZAL – Champ d’Envol  31»

l’association pour préserver la Mémoire du site de Francazal et perpétuer sa vocation aéronautique.

L'association Francazal Champ d'Envol accueille celles et ceux qui veulent faire entendre leur voix et soutenir un vrai projet de recyclage du site de Francazal selon un grand projet économique porteur d’ambitions de richesse sociale dans le respect de l’éthique du développement durable pour le futur du Grand Toulouse.

Lorsque le Ministère de la Défense a décidé, dans le cadre de la restructuration des Armées et la réduction de leur format, de fermer la Base Aérienne 101 de Francazal, un scénario de reconversion a été envisagée pour mettre fin à toute activité aéronautique et détruire toutes les infrastructures pour laisser la place à un vaste ensemble immobilier.

C'est ainsi qu'une ville nouvelle traversée par une route à grande circulation en lieu et place de la piste serait née après un processus de dé-pollution du site de plusieurs années générateur d’une friche industrielle qui se serait immanquablement traduit par un désordre urbain et sociétal dans la première couronne du Grand Toulouse.

Cependant au sein des municipalités voisines et directement concernées comme Cugnaux, Villeneuve-Tolosane, Portet-sur-Garonne, Toulouse, Tournefeuille et même au-delà comme Fonsorbes, la sagesse semble l’emporter et l’idée de conserver les infrastructures aéronautiques pour y accueillir l’aviation industrielle, affaires et soutien Défense ainsi  que quelques industries légères liées à l’aéronautique fait son chemin.

La préfecture a annoncé le 20 avril 2010 qu’une solution aéroportuaire sera considérée dans un premier temps pour l’avenir du site.

Ce projet n’est pas utopique.

L’outil de travail est là, prêt à être utilisé par des entreprises de l'industrie aéronautique pour créer immédiatement plusieurs centaines d’emplois, et dans un plan à dix ans plus de 2500 emplois directs.

La richesse industrielle est richesse économique pour créer la richesse sociale et démographique.

Aussi pour soutenir cette idée nous avons décidé de créer

« FRANCAZAL – Champ d’Envol  31»,

l’association pour préserver la Mémoire du site et perpétuer sa vocation aéronautique.

Posté par 31Concorde à 14:17 - - Permalien [#]
Tags :

28 mars 2010

Fin de le BA 101 de Francazal

ba101_1

C'est le dernier clap d'un feuilleton à rebondissements. La base aérienne de Francazal sur la disparition de laquelle on spéculait depuis des années, s'apprête à fermer définitivement ses portes. Au 1er août, il n'y aura ni pilote, ni mécano sur la base, sauf quelques hommes chargés des dernières opérations de dissolution avant que terrains et bâtiments ne retournent à l'État et connaissent une nouvelle vocation.

Hier, avait lieu la cérémonie officielle marquant la fermeture des ateliers de maintenance chargés de l'entretien des avions et des hélicoptères. Une unité baptisée Escadron de soutien technique aéronautique qui aura accompagné ainsi jusqu'au bout la destinée de cette base née officiellement en 1934, mais qui avait, depuis longtemps déjà, une activité aéronautique.

Après les terrains de Montaudran chassés sous la pression immobilière, Francazal doit à son tour se trouver une nouvelle vie. On se souviendra tout de même que l'histoire de la base a croisé celles de Saint-Exupéry et de Mermoz après qu'ils eurent participé à l'aventure de Latécoère et de l'Aéropostale.

Les hommes et femmes de Francazal ont reçu leur nouvelle affectation. On a renvoyé sous d'autres cieux les emblématiques Noratlas et Puma qui trônaient à l'entrée comme un rappel permanent à l'histoire. Désormais, une autre bataille est engagée pour tenter de préserver l'avenir de la base et de ses deux cents hectares situés au confluent de trois communes de l'Ouest-toulousain. Un comité de pilotage présidé par le préfet rendra son verdict dans quelques jours. Mais beaucoup considèrent déjà que les bâtiments relèvent d'un patrimoine inaliénable et qu'il faut les sauver.

Zoom

Un entrepôt pour les « Ailes anciennes » ?

Les Ailes anciennes, que préside Jean-François Bruna- Rosso, espèrent hériter d'au moins un hangar de la base. Parvenue au fil des années à rassembler une collection de 85 hélicos, planeurs, avions de chasse et de transport, l'association ne disposera plus au 1er juillet du terrain que lui avait alloué Airbus à titre provisoire avant que soit engagée la construction des hangars de l'A 350. Les vieux appareils pourraient élire domicile à Francazal. C'est du moins ce qu'espère J.-F Bruna-Rosso qui a écrit à Nicolas Sarkozy, lequel a fait suivre au préfet de région. Pour donner du poids à leur initiative, les « Ailes » offrent à leur projet un prolongement pédagogique. Si des ateliers de restauration voient le jour dans les hangars, deux centres de formation seraient créés, l'un orienté vers la peinture avion, l'autre vers la chaudronnerie. Par ailleurs, l'association qui attend la venue du conservateur du musée du Bourget, a une autre idée en tête : accueillir des avions qui dorment dans les réserves du musée parisien.

Mais il y aura toujours des avions

L'armée s'en va, mais le site pourrait trouver une conversion civile à ses activités. C'est ce qu'on peut penser au vu du dossier. Certains élus militent pour le maintien d'une activité aérienne à Francazal. « Ce serait irresponsable de sacrifier le site avec sa piste », rappelle Bernard Keller, maire de Blagnac. Mais la décision rendue début avril, appartient au préfet qui préside le comité de pilotage pour l'avenir de la base.

Les échéances électorales ont retardé toute communication sur un sujet qui prête à controverses où, ni l'armée tenue à sa réserve, ni les collectivités, ne veulent s'exprimer. Alors, quelle solution ? Sans doute s'achemine-t-on vers une structure dédiée à l'aviation d'affaires avec 40 hectares consacrés à des activités tertiaires.

Il s'agit aussi de conserver le bâti existant à des fins civiles pour la maintenance et le parcage avion et hélico. La Direction de l'aviation civile (DAC Sud) travaille dans ce sens. L'État, propriétaire des terrains, par ailleurs actionnaire majoritaire dans le capital de la Société anonyme Toulouse-Blagnac (gestionnaire de l'aéroport), a son mot à dire. Il est le seul capable d'assurer l'exploitation de Francazal. Quoi qu'il en soit, il faudra tenir compte de deux réalités. La première a trait au niveau de pollution du site comme tous les terrains industrialisés autour de Toulouse. Transformer cette emprise de 200 ha en zone d'habitat est impossible sauf à consentir des frais de dépollution sans commune mesure avec le prix du m2 actuel. De même, la présence d'un régiment parachutiste tout proche oblige à conserver la piste de projection de Francazal. L'aéroport de -Blagnac saturé n'est pas en mesure d'absorber en plus cette activité militaire.

Texte source 'La dépêche du midi' 24 mars 2010


Posté par 31Concorde à 12:06 - - Permalien [#]
Tags :